samedi 10 juin 2017

La cathédrale reçoit une partie de son futur orgue Casavant

Baie-Comeau – Le projet d’acquisition d’un orgue Casavant par la cathédrale Saint-Jean-Eudes à Baie-Comeau prend tranquillement forme. Depuis la semaine dernière, plusieurs pièces du magistral instrument, cédé par l’église Saint-François-d’Assise à Québec, sont déjà rendues sur place.
Les composantes qui n’ont pas besoin de travaux de restauration par la compagnie Casavant et frères ont été hissées à bord d’un camion semi-remorque pour être transportées jusqu’à Baie-Comeau. Ces pièces ont été déchargées et entreposées dans la cathédrale.
« Le reste du matériel, comme les pièces mécaniques, les cuirs, les caoutchoucs, on va le restaurer, car un orgue de 70 ans, même si c’est en bon état, il faut l’entretenir. On comprend qu’on ne démonte pas ça toutes les semaines », précise le curé de la paroisse Saint-Jean-Eudes et grand manitou du projet d’orgue, Yves Lemieux.
Selon lui, une fois les travaux de restauration effectués par le fabricant, l’instrument sera fiable pour les 50 à 100 prochaines années.
L’abbé Lemieux s’attend à recevoir le reste des composantes d’ici la fin de l’automne. « On n’a pas de date, car évidemment, Casavant a d’autres projets en atelier », indique-t-il. Un orgue fonctionnel pour la fête de Noël serait un beau cadeau, mais le comité responsable du dossier prévoit déjà une cérémonie de bénédiction et un concert d’ouverture, peu importe la date.

Compléter le budget

D’ici là, la paroisse poursuit ses démarches en vue d’établir le budget nécessaire au remontage de l’orgue le moment venu. « Il faut aménager les lieux pour installer l’instrument de 20 000 livres. Il faut une structure pour installer ça », explique le curé, en faisant référence à la mise en place d’une plateforme et d’installations électriques.
Des mandats seront accordés à des firmes d’ingénieurs et d’architectes en vue, par la suite, de lancer un appel d’offres pour la réalisation des travaux par un entrepreneur général, toujours en collaboration avec Casavant et frères. « C’est onéreux tout ça. Quand tout va être ficelé, on va sortir des documents sur les couts finaux », ajoute l’homme d’église.
Il les déposera ensuite au diocèse de Québec et à la Ville de Québec qui, verbalement, ont promis de soutenir le projet de sauvetage de cet élément important du patrimoine religieux du Québec. D’autres bailleurs de fonds seront approchés.
On se souviendra que l’ensemble du projet, soit le démontage, la restauration, le transport et l’installation, est estimé entre 350 000 $ et 400 000 $. Une partie de ce montant proviendra d’une partie des profits de la vente de l’album de chants liturgiques Agnus Dei, lancé au cours des derniers mois par Mario Pelchat et une chorale de prêtres.

Rappel des faits

Rappelons que l’orgue électronique Baldwin actuellement en place à la cathédrale est endommagé. Sa réparation est impossible en raison de pièces impossibles à trouver. Le curé Lemieux a vérifié les couts d’un instrument neuf, mais c’était carrément trop cher.
L’homme a alors testé le marché des orgues usagés. Il a contacté le diocèse de Québec, en sachant que des lieux de culte fermaient leurs portes. Il a alors appris que trois orgues électroniques venaient de trouver preneurs, mais qu’il restait l’immense orgue Casavant de l’église Saint-François-d’Assise, vouée à la démolition.
Or, de tous les lieux de culte à la recherche d’un orgue excédentaire, seule la cathédrale Saint-Jean-Eudes était suffisamment grande pour accueillir l’instrument, comme l’ont confirmé les représentants du fabricant, qui sont venus à Baie-Comeau à quelques reprises déjà.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire