lundi 11 avril 2016

L'orgue sacré de Marcilhac s'est éveillé

Une matinée très solennelle, dans l'abbaye de Marcilhac, hier, autour des orgues : en haut à gauche aux mains de Giorgio Revelli. L'évêque les a bénies, devant 400 fidèles catholiques et en présence de l'ensemble vocal de Cajarc./Photos DDM, L. Bertoni.



SAINT-MIHIEL : LE GRAND ORGUE NÉCESSITE UN RELEVAGE DE TOUTE URGENCE

Si le buffet est magnifique, classé aux Monuments historiques, la moitié des trente-huit jeux   de l’instrument est désormais inutilisable. Photo ER



LE TEMPS qui passe n’arrange pas ses affaires : victime d’un manque d’entretien régulier, le grand orgue de l’église abbatiale Saint-Michel à Saint-Mihiel nécessite un relevage impérieux.
« Un sauvetage », pour Joël Lassy. Le jeune homme originaire de Vigneulles-lès-Hattonchâtel connaît très bien cet instrument exceptionnel, commandé par Dom Hennezon à Jean Adam en 1679, puisque c’est l’organiste officieux depuis maintenant quatre ans. L’étudiant en école vétérinaire à Namur vient jouer dessus tous les samedis matins et plusieurs fois en semaine pendant les vacances, hors des offices qu’il peut accompagner. « J’avais proposé mes services parce qu’il n’y avait plus personne. » S’il a bien fait trois ans de piano autrefois, c’est plutôt en autodidacte qu’il a appris à maîtriser l’orgue.

Apprivoiser vu son état de délabrement. « La moitié des trente-huit jeux est désormais inutilisable, ils se trouvent condamnés », montre-t-il. Beaucoup demeurent désaccordés, certaines notes bloquent parfois. Le troisième clavier, rajouté en 1938, la partie romantique, s’est tu. On ne parle pas du soufflet troué de partout, rafistolé avec quelques morceaux de ruban adhésif pour masquer les fuites, mais il suffit de passer la main à certains endroits pour sentir l’air qui s’échappe. La mécanique ne lui permet plus de remonter.

Une souscription lancée

La transmission a aussi souffert, et doit être reprise. Quant aux tuyaux, ils mériteraient d’être décrassés pour qu’ils retrouvent une remarquable sonorité. On peut apercevoir dessus les traces laissées par des chauves-souris. « On n’entend pas la globalité du son, il n’y a pas de retour », complète Joël Lassy. Qui doit, en revanche, composer avec un chuintement permanent, comme si l’orgue se mourrait en direct, à ses oreilles.
Tout ça paraît d’autant plus dommageable considérant la qualité du buffet classé aux Monuments historiques. « Il est magnifique avec ses boiseries », garantit Vivian Houzelot, qui a rencontré Joël devant, à l’occasion d’une visite, et est appelé à le suppléer. C’est un des rares à intégrer des trompes de pédale.
Si les deux amis se mobilisent, c’est afin de relayer l’appel au mécénat populaire lancé il y a un peu plus d’un an par la municipalité de Saint-Mihiel, en partenariat avec la Fondation du patrimoine, pour obtenir des fonds nécessaires aux travaux de restauration, et sensibiliser les potentiels donateurs. La collecte en cours s’élève à 7.900 €. La commune a conscience de l’urgence à agir, mais on parle de 40.000 € pour une remise à niveau, 180.000 € pour permettre la concrétisation de la totalité du projet. « Il le faut avant que ce ne soit irrémédiable. » Le temps de l’ensemble continue de faire son œuvre, et une course contre la montre s’est engagée pour sauver l’orgue. Tant qu’il peut l’être.
Pour effectuer un don sur internet : www.fondation-patrimoine.org/fr/lorraine-15
F.-X. G.

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2016/04/11/saint-mihiel-le-grand-orgue-necessite-un-relevage-de-toute-urgence

dimanche 10 avril 2016

Mons: l'orgue de Saint-Nicolas chante à nouveau

Vendredi soir, exceptionnellement, les sièges de l’église Saint-Nicolas, rue d’Havré à Mons, étaient tournés vers l’entrée. Tous ces sièges étaient occupés par des spectateurs venus assister à un magnifique récital donné par Léon Kerremans à l’occasion de l’inauguration de l’orgue, restauré par deux facteurs d’orgue français, Jean-Baptiste Gaupillat et Laurent Plet.


Léon Kerremans a donné le premier concert sur l’instrument restauré.
M.C.
Léon Kerremans a donné le premier concert sur l’instrument restauré.
L’orgue de l’église Saint-Nicolas est une pièce maîtresse du patrimoine de la Wallonie. Le démontage de l’instrument a eu lieu du 11 octobre au 18 novembre 2010. L’orgue a été transporté intégralement dans les ateliers des facteurs d’orgue français Jean-Baptiste Gaupillat et Laurent Plet. Le 14 février 2013, la restauration en atelier était terminée. Dans l’attente de pouvoir réintégrer l’église en fonction de l’avancement des travaux de façade et à la tour, l’orgue est resté soigneusement entreposé en pièces détachées dans les ateliers durant 20 mois…
Grâce à un écran géant et à plusieurs caméras, le public a vraiment vécu ce récital au plus près du musicien. Léon Kerremans, montois d’origine, a découvert l’orgue dans cette même église et y a fait ses débuts en 1973. Vendredi soir, il a proposé un programme qui a débuté par Bach et qui s’est clôturé par une interprétation du Doudou à sa sauce. Une superbe soirée inaugurale qui s’est terminée par plusieurs ovations du public qui a adoré !

lundi 4 avril 2016

Avec Les Amis de l'orgue

Le bureau des amis de l'Orgue en réunion active autour du Président Françis Sylvestre.

Suite à l'assemblée générale du 22 décembre 2015 qui a décidé d'étoffer l'équipe fondatrice de l'association, une modification notifiée par les services de la préfecture et signée le 25 janvier dernier a entériné la liste élargie des responsables.
Pour un projet ambitieux et long dans le temps, une équipe renforcée permettra d'apporter un deuxième souffle. Après avoir réussi à sauvegarder un orgue de caractère et le rapatrier, il reste à le réhabiliter et l'installer dans l'église communale

Le 21 mars, une réunion de travail a fait le point sur les outils de communication, dont un nouveau flyer, avant d'entamer une campagne active de démarchage auprès des entreprises, commerçants et sympathisants du projet pour poursuivre la campagne de souscription et de parrainage.
Deuxième volet de préoccupation : faire vivre dans l'église des concerts avant et pour l'installation de l'orgue. Le prochain se déroulera le samedi 14 mai par une soirée chant choral avec Les Voix d'Alaric et La Clé des chants d'Orange.
Ceux qui découvriront l'église de Séméac et son magnifique retable pourront vérifier l'excellente acoustique du lieu.Ceux qui souhaiteraient contribuer au succès de ce projet sont invités à contacter l'association au 06.07.91.37.76.