lundi 8 juin 2015

À la découverte de l'Orgue

Concerts

Le 14/06/2015
L'organiste Dominique Artielle./Photo DDM. M.V
L'organiste Dominique Artielle./Photo DDM. M.V
Le dimanche 14 juin à 16 h 00 aura lieu un concert découverte autour du thème du voyage dans les sonorités de l'orgue classique français, en la collégiale de St Félix-Lauragais.
Au programme : l'organiste Dominique Artielle, titulaire du grand orgue à la cathédrale de Cambrai, qui exécutera l'apothéose de l'art classique offertoire sur les grands jeux (Couperin, Messe pour les Paroisses, 1 690) Extraite de la messe à l'usage des Paroisses, c'est la plus développée des vingt et une pièces que compte le recueil. Structure ternaire : ouverture majestueuse, en ut majeur, puis une partie centrale en mineur plus lente, intérieure et expressive avec les jeux de cromorne, cornet, flûte, et les fonds de l'orgue, pour ensuite revenir à la tonalité majeure lumineuse, grâce à une gigue finale au rythme solidement marqué, qui nous entraîne, avec toute la puissance de l'orgue, vers une magistrale conclusion. Vous retrouverez ainsi, dans cette pièce considérée comme le chef-d'œuvre de l'orgue classique français, la quasi-totalité des sonorités présentées dans le concert, que l'orgue de Saint-Félix exprime remarquablement. La majesté du grand siècle : Grand jeu Grand Jeu à la française : pièce au caractère majestueux, qui réunit les principaux jeux de l'orgue classique : jeux de fonds, de mixtures, cornet et trompette, à l'effet imposant.
La palette sonore : les jeux de fonds : principaux et bourdons : la montre, le principal, la doublette, le bourdon, la flûte. Ils constituent la base de la matière sonore de l'instrument.

dimanche 7 juin 2015

Saint-Quirin : quatre dimanches au son de l’orgue Silberman

Le festival Silberman Saint-Quirin propose aux mélomanes un attrayant programme baroque durant ce mois de juin. Chaque dimanche de juin, les meilleurs organistes se succéderont aux claviers de cet instrument historique.

L’orgue historique de Jean-André Silbermann.   Photo RL
Lumière et Ombre par l’ensemble Estampe, sous la direction de Rosch Mirkes. Créé par la violoniste Jehanne Strepenne, Estampe est une formation luxembourgeoise à géométrie variable composée à l’origine d’un quatuor à cordes et continuo au service de la voix. Au programme les Neun Deutschen Arien de Häendel avec la soprano Gwendoline Spies. Les musiciens intercaleront également des œuvres instrumentales de Buxtehude, Telemenann, Avison, Mozart.

Dimanche 14 juin

À 17 h, en l’église priorale de Saint-Quirin : cantates de Bach avec grand-orgue obligé, par le Bach Collegium de Sarrebruck et le Vocal Consort Parlando, sous la direction de Rainer Oster. Conquis par l’orgue Silbermann et plébiscité par le public l’an passé, le Bach Collegium se fait fidèle à Saint-Quirin pour continuer l’intégrale des cantates de Bach. Musiciens et chanteurs se rassembleront à la tribune pour interpréter les cantates BWV 170 - Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust - et BWV 49 - Ich geh und suche mit Verlangen – pour les 6° et 20°, dimanche après la Trinité. Magnifiées sous les voûtes, soutenues par le grand orgue et les instruments, les voix offrent une puissance et une plénitude originelles incomparables.

Dimanche 21 juin

À 17 h, en l’église priorale de Saint-Quirin : récital d’orgue et de clavicorde par Étienne Baillot. Élève de Michel Chapuis pour l’orgue, Étienne Baillot a obtenu aux CNR de Strasbourg et Paris les plus hautes récompenses. D’abord organiste aux Blancs-Manteaux à Paris puis à la chapelle du Château de Versailles, il est titulaire de l’orgue historique de la Collégiale de Dole et enseigne l’orgue aux Conservatoires de Dole et Chambéry.
Concertiste international, il se passionne pour le clavicorde, dont il est le spécialiste reconnu. Il interprétera de la musique espagnole de Cabezon, Correa de Arauxo, Cabanilles

Dimanche 28 juin

À 17 h, en l’église priorale de Saint-Quirin : musique et chant sacré de la Renaissance au Baroque en Europe, par l’ensemble Métamorphose, sous la direction de Gabriel Baltes, avec Vincent Bernhardt à l’orgue. Métamorphose est un chœur mosellan de très haut niveau, explorant le répertoire du XVIe siècle à nos jours. Disciple de Pierre Cao, Gabriel enseigne aussi la direction en Espagne, où il a remporté le premier prix du Concours international de chœurs de Maribor. Vincent Bernhardt est professeur d’orgue au Conservatoire de Metz. Il a étudié à Metz, Lyon (CNS), Stuttgart et Bâle. Il est titulaire de quatre Master d’interprétation : orgue, clavecin, basse continue et orgue pratique historique. L’orgue et le chœur dialogueront dans des œuvres de Roland de Lassus, Josquin des Prés, Byrd.

.Deux nouveaux CD d'orgue pour l'association Christophe Moucherel (vidéo)

Frédéric Deschamps, organiste titulaire des orgues Sainte-Cécile Saint-Salvi d'Albi.
Frédéric Deschamps, organiste titulaire des orgues Sainte-Cécile Saint-Salvi d'Albi.
L’association Christophe Moucherel qui valorise les orgues albigeois Sainte-Cécile et Saint-Salvi va proposer dans quelques semaines deux CD, enregistrés par notre organiste titulaire Frédéric Deschamps et par un organiste italien Simone Pietro Quaroni, aux palettes sonores éclectiques qui montrent toutes les couleurs de l’orgue de la cathédrale d'Albi.
Dans la douceur du soir, la majesté de la cathédrale est un repère. La messe de soirée s’est achevée, les visiteurs sont rentrés à leur hôtel… Les anges se réjouissent de retrouver un édifice serein. Pourtant, durant quelques jours du mois de mars, la ferveur a gagné la tribune de la cathédrale Sainte-Cécile. « Nous avons profité de cette période de travaux aux abords de la cathédrale, qui permet un grand silence le soir par l’absence de circulation, pour enregistrer ces CD », explique Alain Bertrand président de l’association. Après des soirées de travail intense et de partage autour de l’instrument sont nés deux opus aux thèmes variés qui enchanteront les amoureux de la musique et de l’orgue de Sainte-Cécile, un patrimoine vivant de Midi-Pyrénées.
Frédéric Deschamps signe ici son deuxième CD, son premier en solo. Le choix du thème a été une évidence et une histoire de rencontres entre une époque et un musicien. « Ce thème avait été abordé lors de la fête du 15 août 2013 car un lien étroit existe entre Louis XIII et le 15 août », souligne explique l’organiste titulaire des orgues Sainte-Cécile et Saint-Salvi faisant référence à l’instauration de procession par le Roi, durant lesquelles les sujets devaient prier Dieu et la Vierge pour ses heureux succès. « L’idée avait donc été évoquée avec le curé père Paul de Cassagnac d’en faire un CD », précise-t-il. Epris des siècles de la splendeur de la monarchie, il a voulu partager ce faste, cette virtuosité des Musiques Royales. L’orgue de la cathédrale a donc vibré par le jeu enjoué de Frédéric Deschamps des pièces du temps de Louis XIII, Louis XIV et la splendeur de Versailles et Louis XV. Dans cet opus, les auditeurs retrouveront avec plaisir des airs très connus qui ont marqué l’histoire de la musique dont « Marche pour la cérémonie des Turcs » de Jean-Baptiste Lully, « Danse des sauvages » de Jean-Philippe Rameau. D’autres œuvres, inédites à l’orgue, permettent d’entendre les couleurs classiques de l’orgue Sainte-Cécile. « J’ai souhaité enregistrer des œuvres parlantes pour le grand public qui peuvent être fredonnées et des pièces à découvrir. Mon objectif c’est de mettre en valeur l’orgue, qu’on entende tout l’orgue, ses sonorités douces et fortes », commente-t-il. L’organiste émerveille par son jeu qui porte avec grâce toutes les possibilités de l’orgue, sa palette sonore brillante. Une touche de modernité permet d’entendre d’une oreille différente ces œuvres. Cinq sont accompagnées du jeu de percussions de Bertrand Parisel, professeur au Conservatoire du Tarn.
Il fallait bien sortir de chez nous pour un CD sur les Musiques d'Europe. L’association Moucherel a sollicité un italien, Simone Pietro Quaroni, pour jouer ce programme ambitieux d’un tour de nos contrées à l’orgue. « Simone est venu deux fois à Albi pour des concerts et c’est son premier CD », précise le président de l’association Alain Bertrand. Le musicien et l’association ont choisi un compositeur par pays : évidemment Bach pour l’Allemagne, Mozart pour l’Autriche… Quelques découvertes également comme « La procession de la fête d’un village surprise par un orage » de J. Blanc qui illustre la musique française. « L’Italie se marque par l’œuvre du Padre Davide qui touche un peu à l’opéra, ce qui est d’ailleurs étonnant comme musique dans un office religieux. On sort du classique austère », s’amuse Alain Bertrand. 
Les organistes ont pris beaucoup de plaisir à l’orgue. Pour sûr les auditeurs seront ravis de partager ces instants musicaux avant le début de la saison des concerts d’été de l’association Moucherel. Tous deux invitent à un voyage dans le temps, dans l’espace et dans la musique.