dimanche 17 septembre 2017

VARENNES-EN-ARGONNE

L’orgue a besoin d’une rénovation

Ayant succombé aux bombardements de la Première Guerre mondiale, l’orgue de Notre-Dame de Varennes a tenu bon jusqu’à présent. Il serait maintenant temps de le restaurer.




L’orgue de Varennes avait été classé comme monument historique quelques semaines avant le début de la Grande Guerre. Dès septembre 2014, il n’a pas résisté aux bombardements, tout comme l’église Notre Dame et le reste du village. La construction d’un nouvel orgue s’imposait, en même temps que l’église. Mgr Aimond, historien et organiste rédigea la composition du nouvel instrument. Plusieurs entreprises furent contactées et c’est la maison Collet qui fut retenue. Un récital fut donné par Mgr Aimond lui-même, le 6 février 1932, avec des œuvres de Bach, Couperin, Clérambault, Mendelssohn, Frank, Widor et Vierne. La bénédiction et l’inauguration du nouvel instrument eurent lieu le 7 février 1932.
Cet instrument dispose de 2 claviers de 56 notes et d’un pédalier de 30 notes. La transmission est mécanique (Système Barker) pour les claviers et pneumatique pour les notes de pédale.
Comme tous les orgues de cette catégorie, celui-ci subit les assauts du temps et en particulier parce qu’il se trouve dans un endroit certes sec, mais non chauffé, donc sensible aux variations de température.
Une maintenance conséquente est envisagée, mais pour ce faire, il faudra à la commune, trouver les financements nécessaires. Espérons qu’un montage financier faisant éventuellement appel à du mécénat, pourra être mis en place avec l’aide de l’association Terres d’Argonne et la Fondation du patrimoine.
À ce jour et dans son état, il n’est pas utilisable.

lundi 14 août 2017

Nouveau système de video église

Video Eglise

Que ce soit accompagnant le culte, la messe, en concerts, l'organiste a parfois de grandes difficultés pour suivre ce qui se passe en bas dans le chœur, sous le porche d'une église ou encore suivre le deux en même temps ou encore la chorale ou le chef de choeur.

Avec les systèmes Video église, fini l'angoisse de ne rien voir, de ne rien entendre, même avec une faible luminosité dans l'édifice.

Résultat de recherche d'images pour "trépied + gopro"Résultat de recherche d'images pour "trépied + gopro"Résultat de recherche d'images pour "trépied + gopro"Résultat de recherche d'images pour "trépied + gopro"Résultat de recherche d'images pour "trépied + gopro"Résultat de recherche d'images pour "trépied + gopro"Résultat de recherche d'images pour "trépied + gopro"Résultat de recherche d'images pour "trépied + tablette drone"Résultat de recherche d'images pour "trépied + tablette drone"
Résultat de recherche d'images pour "trépied + tablette drone"Image associéeImage associéeImage associée

Video Eglise a été pensé pour vous les organistes afin de pouvoir facilement suivre les offices.
Par ailleurs, en cas de concerts, Video Eglise peut vous filmer pour retransmettre sur internet et sur grand écran n'importe où dans l'église les images de votre concert.

Enfin, à l'aide d'une application sur android, la planète entière pourra suivre votre concert ou les cérémonies. Une chaîne You tube pourra être créée.

3 Versions ont été imaginées.

Nos techniciens sont disponibles si vous souhaitez des aménagements particuliers.
Les matériels sont garanties 2 ans, pièces et mains d'oeuvre, sans le retour dans nos ateliers en cas de problèmes.
Un technicien se déplacera une 1/2 journée pour l'installation et la formation des organistes et responsables de l'église ou du temple. (Ses frais de déplacement, d’hôtellerie et de restauration sont à ajouter).

Les facteurs d'orgue qui le souhaitent peuvent être revendeurs des systèmes.

Le système peut aussi permettre de filmer et retransmettre tous types d’événements.
En champs libre, à l'extérieur, la transmission possède une élongation pouvant aller jusque 4 kms.
Un système avec transmission via le réseau GSM peut-être créé si besoin.

La version 1 peut aussi servir lors des concerts. En effet, en positionnant la caméra vers l'organiste et en position le trépied avec l'écran dans le choeur, on pourra brancher un video-projecteur permettant de projeter l'image de l’interprète sur un grand écran.

La version 2 possède une caméra permettant de faire varier la luminosité et permet de voir dans la pénombre, si l'église est mal éclairée. Les videos peuvent être enregistrées dans le disque dur interne.

La version 3 possède une caméra avec variation de luminosité installée dans une nacelle 2 axes pilotable à partir d'une platine située sous l'écran située sur le trépied.

La platine de pilotage possédera un joystick de contrôle, de direction avec variateur de zoom et bien entendu les fonctionnalités de la version 2.






Version 1 – low costVersion 2 – normalVersion 3 – haut de gamme
DescriptionsCaméra à fixer de manière fixe (sur un mur par exemple) PAL 720 x 640 ou sur trepier mobile, émission en 5,8 gHz (puissance modulable en fonction de l’éloignement)Caméra à fixer ou sur un trépied : Caméra fixe – video en 2,4 gHz cryptée full hd – caméra avec augmentation de la luminosité, voit dans la pénombreTrépied ou fixation mur avec caméra pilotable par l’organiste – full HD – WiDV 2.4 GHz, nacelle 2 axes – APM 2,6
Trepier ou ventouse de fixationRéception widv organiste sur écran 10 pouces avec système de ventouse ou trépiedTrépied organiste : écran 10 pouces ou + en option 
Système pouvant fonctionner dans les 2 cas de figure (video messe ou video organiste)Possibilité d’enregistrement et de zoomTrépied ou fixation permanente, joystick de contrôle, direction, zoom, enregistrement

Prix1 080,00 €2 520,00 €3 690,00 €

dimanche 6 août 2017

St-Pons de Thomières : orgue à la cathédrale

L'association Jean Ribot des Amis de l'orgue de St-Pons de Thomières propose un programme estival de concerts à la cathédrale. Le prochain, dimanche 6 août à 17h30, sera donné dans le cadre du sixième festival «Voie verte, voix des orgues». L'association accueillera pour l'occasion Olivier Dekeister accompagné de Fabien Chouraki au saxophone pour un concert exceptionnel intitulé «Saxorgue». Au programme des œuvres de Bach, Mozart et bien d'autres pour un grand moment musical avec deux grands artistes dont le talent est unanimement reconnu. «Saxorgue» est la rencontre de deux instruments et de deux musiciens passionnés qui aiment et jouent des œuvres d'hier et d'aujourd'hui : Phil Glass, Anton Dvorak, Brubeck, Bach. Rimsky-Korsakov ou encore le Miserere de Michael Nyman, sans oublier évidemment la superbe «Rhapsody in blue» de George Gershwin pour un authentique moment d'enchantement.
Viendront ensuite d'autres dimanches musicaux, avec Paul Goussot le 13 août (orgue seul), Henri de Rohan-Csermak (orgue) et Sandrine Carpentier (soprano) le 17 août et pour les Journées Européennes du Patrimoine un nouveau concert exceptionnel «Racines célestes» avec l'Atelier Grégorien de Gironde, voix, vielle à roue, flûte et orgue.
Plus d'infos sur http ://www.orgue-saint-pons.org

Durham-Sud souhaite se doter d'un nouvel orgue

ed-05082017-orgue.jpg

http://www.journalexpress.ca/actualites/2017/8/5/durham-sud-souhaite-se-doter-d-un-nouvel-orgue.html

Un projet particulier est en train de prendre forme dans la petite municipalité de Durham-Sud : celui de doter le village d'un orgue Casavant datant de 1909, «qui peut stimuler la vie culturelle.»
Publicité 
Le fameux orgue a été déniché à Saint-Germain-de-Kamouraska et serait un modèle typique du début du 20esiècle.  
On veut confirmer la vocation culturelle de notre belle église.  On veut laisser de la place à l’art, spécialement à la musique. 
Le comité de l'orgue
Publicité 
Le comité responsable du projet, composé de Gisèle Martin St-Pierre, Joanne Simard, Joseph Chiochio, Jean Falaise et Martin Couture, entend entamer les procédures pour amasser des fonds prochainement. «Les fonds destinés à l’orgue ne proviendront pas du budget régulier de la paroisse. Une restauration comme celle qu’on va entreprendre coûterait normalement au moins 60 000$.  Grâce à la participation d’un spécialiste originaire de Durham-Sud et de bénévoles, on peut réussir à l’installer pour 32 000$.»
Plusieurs bénévoles sont également recherchés pour les étapes suivant l'achat : le démontage, le transport, certaines étapes de la restauration et le réassemblage. 

samedi 5 août 2017

Bruxelles: après 50 ans de silence le grand orgue du Palais des Beaux-Arts va à nouveau résonner

 
L’orgue du Palais des beaux-arts, resté muet depuis près de 50 ans, a été entièrement restauré et s'apprête à jouer à nouveau.

L’orgue du Palais des Beaux-Arts, qui se trouve dans la grande salle de concert Henry Leboeuf est resté muet depuis près de 50 ans, suite à un incendie qui l’a détruit. Aujourd’hui le prestigieux instrument a été reconstruit, et il s'apprête à résonner à nouveau lors d'un concert au mois de septembre. Pour nous faire découvrir cet instrument, qui de plus indiqué que le musicien qui signe la composition du concerto d'inauguration ?

Benoit Mernier est compositeur et organiste, devant la scène du palais des Beaux-Arts il nous présente le nouvel instrument, remarquable à plus d’un titre :
"C’est un instrument remarquable rien que parce qu’il se situe dans une salle, et pas dans une église . C’est le deuxième instrument dans ce cas en état de fonctionnement en Belgique, avec celui de la salle philharmonique de Liège "
Remarquable, il l’est aussi par son histoire et par son concepteur, ajoute le compositeur :
"Cet orgue s’intègre dans un ensemble signé par le plus grand architecte belge, Victor Horta, et il s’intègre aussi de manière sonore à la salle, on a l’impression d’être complétement entouré par le son, c’est formidable."

A l’intérieur de l’orgue

Un orgue, c'est une grande machine qui peut paraître très compliquée. Ce n'est pas comme un piano, on ne peut pas s'asseoir et simplement commencer à jouer.
Suivons Benoit Mernier sur la scène, derrière le buffet de l'Orgue, dans les " entrailles" de l'instrument et ses près de 4.000 tuyaux:
Il y a plusieurs étages, des échelles, c’est peu profond, tout est en hauteur, les tuyaux que l’on voit dans la salle constituent une infime partie des tuyaux qui constituent l’ensemble de l’instrument ".
Et puis, il y a l’aspect technique, qui permet au ventilateur d’envoyer de l’air dans de grands réservoirs, qui sont en quelque sorte les poumons de l’instrument, afin de le faire sonner :
"Un orgue est constitué de plusieurs claviers, chaque clavier commande une partie dans l’instrument, c’est très spatialisé, comme un orchestre qui produit des sons différents grâce à des instruments différents et que l’on peut faire jouer séparément ou ensemble. Dans l’orgue toute les combinaisons sont possibles", explique l’organiste.

Derrière le clavier

Principal, picollo, hautbois, bombarde ou encore voix célestes, sont autant de "registres" ou de sons disponibles. Nous sommes à présent derrière les claviers, toujours en compagnie de Benoit Mernier, et nous découvrons la multitude de possibilités qu'offre l'instrument :
"Pour avoir un son sur un des claviers, il faut tirer ce qu’on appelle un jeu et cela va faire sonner une série de tuyaux. La pédale elle, sert à jouer les sons graves, l’orgue permet un jeu très dynamique, on peut passer d’un extrême à l’autre au niveau de la force, on peut véritablement faire tous les mélanges que l'on veut."

Une très longue restauration

L’orgue de Bozar a une longue histoire, il a été conçu en 1930, à l'occasion du centième anniversaire de la Belgique.
En 1967, un incendie le réduisait au silence et ce n'est qu'en 1988, sous l'impulsion de Bernard Foccroulle, lui-même organiste, qu'on a décidé de le rénover.
Dès lors l’instrument a connu une restauration longue et compliquée, émaillée d’épisodes malheureux comme des dégâts des eaux qui ont retardé le projet, raconte notre guide :
"C’est grâce à patience, la témérité et l’audace de la direction du palais des beaux-arts et des mécènes, que ce projet un peu fou a pu être mené à bien."
Pour le compositeur c’est enthousiasmant de savoir que l’on pourra bientôt rejouer le répertoire avec un grand orchestre :
"On va enfin pouvoir jouer des pièces où l’orgue est véritablement soliste et pas simplement intégré au même titre que les autres instruments"

Un instrument moderne, tourné vers l'avenir

Instrument acoustique au départ, l’orgue et ses quelques 4000 tuyaux va se voir enrichi d’une partie électronique, un quatrième clavier va être doté de capteurs et des micros vont être rajoutés à l’instrument pour lui permettre de créer des sons semblables à ceux de la musique électronique.
"Depuis le début l’idée électronique était intégrée au projet, et c’est surtout sous l’influence et les idées de Bernard Foccroulle, que cette partie a été conçue et décidée, il fallait bien sûr un instrument dans la tradition, mais aussi un instrument ouvert sur ce qui se fait aujourd’hui et sur ce qui se fera demain. " conclu Benoit Mernier.
Les notes de l'orgue restauré résonneront à nouveau lors du festival InORGuration qui se déroulera du 15 au 22 septembre, un événement qui marquera d'ailleurs l'ouverture de la saison musicale à Bozar.

https://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_bruxelles-apres-50-ans-de-silence-le-grand-orgue-du-palais-des-beaux-arts-va-a-nouveau-resonner?id=9672975

Grand récital d'orgue de Michel Bourcier

Michel Bourcier, artiste international, sera à Plaisance./ Photo OCVA.

L'Association Orgue Culture et Musique en Val-d'Adour a le plaisir de présenter le formidable récital d'orgue qui se prépare en l'église de Plaisance-du-Gers ce dimanche 6 août à 17 heures. Michel Bourcier interprétera les œuvres de Bach, Vivaldi, Liszt, Mozart et De Falla. Comme Wynton Marsalis est «le» musicien de Marciac, Michel Bourcier est «l'organiste-phare» du Festival de Plaisance-du-Gers depuis un quart de siècle !

Michel Bourcier est titulaire des orgues de la cathédrale de Nantes et professeur d'orgue au Conservatoire de la même ville où il enseigne également l'analyse musicale. L'artiste musicien se produit comme soliste à travers les répertoires les plus divers et apprécie particulièrement l'accompagnement d'ensembles vocaux, tels «Les Éléments», l'Ensemble vocal de Nantes…
Michel Bourcier a créé les deux premiers ouvrages : «Les Laudes» dédiés à l'orgue de Plaisanceet qu'il a enregistré sur celui-ci, ainsi que «Debout sur le soleil», qui lui est dédié. La volumineuse étude qu'il a écrite sur les œuvres d'orgue de ce compositeur, «Jean-Louis Florentz et l'orgue», est en cours d'édition chez Symétrie. Parallèlement à sa carrière d'organiste, il fonde collégialement en 2004 «Utopik», Ensemble instrumental nantais à géométrie variable qu'il dirige et dont la vocation vise la diffusion du répertoire des XXe et XXIe siècles. Au sein de cet ensemble, il assure volontiers le rôle de médiateur pour mieux faire découvrir la musique d'aujourd'hui aux publics les plus divers, ce qui l'année dernière, l'a mené jusqu'en Chine ! Pédagogue internationalement reconnu, Michel Bourcier a accepté de présider le Comité pédagogique du projet Cité de l'Orgue à Plaisance. Tarifs : 12 €, adhérents 10 €, jeunes et personnes handicapées 6 €.

Clôture des Mardis de l’orgue avec Vincent Genvrin à Fécamp

http://www.paris-normandie.fr/region/cloture-des-mardis-de-l-orgue-avec-vincent-genvrin-a-fecamp-GM10499708#





Vincent Genvrin, organiste titulaire des grandes orgues des églises <br />Saint-Nicolas-des-Champs et Saint-Thomas-d’Aquin à Paris

Musique. Les Amis de l’Abbatiale vous invitent à venir écouter Vincent Genvrin à l’orgue de l’église Saint-Étienne de Fécamp, mardi prochain.

    Pour le dernier rendez-vous hebdomadaire des Mardis de l’orgue à l’église Saint-Étienne de Fécamp, ce mardi 8 août à 20 h 30, les Amis de l’Abbatiale ont fait appel à Vincent Genvrin.
    Ce musicien a étudié l’orgue avec Jean Boyer au conservatoire de Lille, Odile Bailleux puis Xavier Darasse au conservatoire national supérieur de Lyon où il a obtenu son diplôme en 1986. L’organiste s’est perfectionné ensuite en Belgique avec Bernard Foccroulle et Jean Ferrard.
    Il est titulaire à Paris du grand orgue historique Clicquot de l’église Saint-Nicolas-des-Champs et du grand orgue de Saint-Thomas-d’Aquin à Paris.
    Professeur d’orgue au conservatoire de Dieppe ainsi que coordinateur artistique de l’Académie d’orgue, de claviers et de plain-chant de Dieppe créée en 2010, Vincent Genvrin s’est de plus distingué par une douzaine d’enregistrements discographiques salués par la critique.
    En 1994, son interprétation de la Via Crucis avec le chœur Sacrum de Riga (Lettonie) a remporté le Prix international du disque de la Société Listz de Budapest. Il est par ailleurs directeur artistique du label Hortus.
    Au programme
    À l’occasion du concert à Fécamp de mardi, Vincent Genvrin interprétera des œuvres de la deuxième moitié du XIXe siècle qui s’adapteront parfaitement au grand orgue Krischer (1877) de l’église Saint-Étienne.
    Il jouera ainsi une adaptation du prélude de Tristan et Iseult de Richard Wagner, des pièces de César Franck et rendra hommage au prince des organistes Louis James Alfred Lefébure-Wély, dont on célèbre le bicentenaire de la naissance et qui fut l’organiste officiel du Second Empire. Enfin, il fera découvrir l’ambiance musicale des messes à la Madeleine et à Saint-Sulpice dans les années 1850-1860.